2 330 372 visites 58 visiteurs

LE RUGBY : LES VALEURS DE LA VIE - DES VALEURS POUR LA VIE

4 août 2018 - 11:31

LE RUGBY : PLUS QU’UN SPORT

LES VALEURS DE LA VIE

DES VALEURS POUR LA VIE

Nous poursuivons, à l’Aube de vous présenter les Clubs en Compétition au sein de la Ligue de Nouvelle Aquitaine, au moment où chacun (ou presque) est toujours allongé sur la plage accompagné d’un bon bouquin ou d’une bonne bière bien fraiche et d’une crème solaire très performante…. notre plongée dans nos archives. Des articles que nous avons précieusement conservés au regard de leurs pertinences.

Après celui de l’Excellent Geoffroy Lejeune de Valeurs Actuelles publié la semaine passée voici deux publications (extraites d’une série sur le même thème) de la Non Moins Excellente Sylvaine Pascual Fondatrice et Dirigeante d’Ithaque Coaching : Le Rugby au Service de votre Vie Personnelle et Professionnelle.

Vous pourrez retrouver l’ensemble des Publications de Sylvaine avec le lien suivant :

http://www.ithaquecoaching.com/

Bonne Lecture….Dans quelque jours nous rentrerons de nouveau et plus que jamais dans le Vif du Sujet de la Saison 2018/2019.

 

L’ENGAGEMENT, ESSENTIEL A LA REUSSITE

VALRUG1.jpg

 

L’engagement… c’est quand l’atteinte d’un objectif est une priorité absolue, à tel point que toutes nos ressources mentales et éventuellement physiques sont mises au service de ce but. Il se traduit par cette impressionnante faculté à mettre tout en oeuvre pour parvenir à atteindre son objectif, cette volonté de se dépasser, d’y mettre toute l’effort nécessaire…

L’engagement est d’autant plus impressionnant qu’il s’exprime par le courage, par le dépassement de soi, par la faculté à surmonter la peur et la souffrance, la faculté à être présent en permanence sur le terrain de rugby comme sur le terrain des entreprises personnelles et professionnelles, autant pour son équipe que pour son projet commun. L’engagement, c’est aussi le coeur qu’on met à l’ouvrage, la capacité à travailler et travailler encore, jusqu’à obtenir ce qu’on veut.

Parce qu’il est l’expression ultime de la motivation, l’engagement est un élément essentiel de la réussite d’un projet.

Sans lui, nous avons tendance à ramollir de la guibolle dès qu’un obstacle qui colle les flubes nous barre la route (par exemple Gavin Hume dans un de ces placages qui font peur même à Chuck Norris, vous m’avez comprise;), à jouer les fillettes timorées à la moindre difficulté, à procrastiner, à chercher de bonnes excuses plutôt que de se retrousser les manches et d’aller au charbon, de se sortir les doigts, selon la charmante expression militaire… Tour d’horizon des avis de quelques amateurs éclairés sur le sujet.

 

Rugby et engagement

 

Maxime Rouqié

Ex-Responsable du développement de l’arbitrage et arbitre en fédérale 2. Co-fondateur du Rugbynistère dont il gère la rédaction et la communication. – Troisième ligne – @LeRugbynistere sur Twitter.

“Le courage est la valeur de base pour entrer sur un terrain. Jouer avec la trouille au ventre c’est la garantie de faire un match catastrophique ou de se blesser. Qui n’a jamais croisé Jaco dit le boucher ? Le moustachu deuxième ligne qui sévit dans les contrebas ariégeois et qui arrose à chaque coin de regroupement. Le jour où l’on doit croiser le fer avec l’énergumène, c’est souvent le week-end où certains ont l’anniversaire de mariage des grands-parents, ou encore le baptême de la filleule par alliance. C’est dans ces moments-là où le courage d’un joueur de rugby se vérifie. Surmonter ses peurs est un processus que l’on rencontre toute sa vie. Dans le rugby, il est normal d’avoir eu peur un jour mais il n’est pas normal de lâcher les copains par manque de courage.

Nous retrouvons ces situations couramment dans le monde professionnel. Même si Jaco dit le boucher est souvent remplacé par Jean-Pierre dit le financier, il n’est pas rare de se retrouver dans un contexte difficile. C’est à ce moment-là qu’il faut appuyer rapidement sur le bouton « Courage ». Faire bouger les frontières nécessite de se prendre en main et de faire preuve d’un courage indispensable. Surpasser les contraintes pour avancer et s’épanouir dans le contexte du boulot. Parfois, on a besoin de quelqu’un d’autre pour nous faire avancer… ”

Elios Pascual

Mon père, qui m’a transmis l’amour du rugby et ses valeurs. Il a été chef d’entreprise, aux Etats-Unis (Mack Trucks) et en Europe (Irisbus). Il a grandi dans un fief du XIII (Saint Estève – 66) mais a joué à XV en championnat universitaire et en series régionales.

“Sur un terrain, il n’y a pas de moyen de s’échapper, il faut savoir affronter les risques, surmonter la peur, savoir faire face à l’adversité, aux mauvais rebonds. Cet engagement se traduit, pour un chef d’entreprise, par la capacité à être un leader, à ne pas rester un simple observateur, à être porteur de sens, à savoir prendre les rênes dans les moments cruciaux.”

Pierre-Olivier Carles

Dirigeant de Kipost, une société qui aide à se lancer des projets qui le passionnent, comme Vie de Manager,LabotecHellotipi etc.  et blogueur  – ancien ailier – @pocarles sur Twitter

Pour Pierre-Olivier, l’engagement s’exprime aussi par le travail:

“On peut jouer au rugby avec tous les types de physique et que l’on soit doué ou pas… mais on ne peut pas bien jouer au rugby sans travailler vraiment, beaucoup et longtemps. L’hiver, ce n’est pas toujours très drôle de répéter des lancements de jeu sur un terrain boueux, quand la nuit est déjà tombée et que le froid vous enveloppe, mais c’est ainsi que l’on progresse, que l’on injecte le jeu dans son ADN et que l’équipe va se trouver ensuite en match, quand ça deviendra important.

Dans la vie, le travail est de plus en plus déprécié au profit des “jobs propres” et de l’argent plus facile. Pourtant, il y a une fierté à bien faire son travail, pas parce que ça rapporte ou parce qu’un patron va vous sanctionner sinon, mais simplement parce que bien faire son travail est un accomplissement personnel de tous les jours quand on y met du coeur. ”

Marie-Laure Vilmay

Partage la vie d’un rugbyman depuis 11 ans. Blogueuse: Le blog d’une femme de sportif  – @MarieLaurePV sur Twitter.

“L’engagement c’est aussi le dépassement de soi parce que le rugby est un sport de contact ou les joueurs n’hésitent pas à se “sacrifier” pour l’équipe. Un joueur qui plaque et qui utilise son corps pour empecher l’adversaire de passer. Les corps souffrent et les rugbymen n’ont pas peur de souffrir.”

Pierre Denier

Coach, ex-Directeur des ventes internationnales chez Lippi France et passionné de relations humaines – Blogueur: Hauts les coeurs!! – @PierreDenier sur Twitter

” l’engagement, qui à mes yeux décrit le mouvement dans la volonté d’aller toujours plus loin, de repousser ses limites et de ne jamais se satisfaire d’une situation. L’engagement, c’est aussi de relever la tête pour lutter et franchir les obstacles, seul ou à plusieurs, au sein de l’équipe dans tous les cas. L’engagement, c’est donner le meilleur de soi-même, à chaque instant, en pleine conscience dans la volonté de participer au développement de l’entreprise, de la porter vers ses objectifs, de penser “développement du groupe” plutôt que “gestion de carrière”.

Jean-Marc Ouvré

Technophile communicant  – Community Manager pour la Société Générale après un passage par la rh/formation et des agences de communication interactives – blogueur : Ouvré’sCorner  – @jmarc sur Twitter

“L’engagement, la tenacité – cette tenacité on la ressent sur tous les matchs où chaque minute, même la dernière est importante. Les matchs sont longs même si ils vont parfois à toute vitesse, les championnats sont longs même si tout peut arriver et du coté de ceux qui vibrent sur des images, des commentaires, debout au pesage ou assis sur un gradin en plein vent, l’engagement est là bien avant la joie des victoires, la tenacité est aussi là dans les défaites, pour penser à après, pour continuer à avancer.”

Vincent Rostaing

Dirigeant de Le Cairn 4 IT conseil accompagnement à la gestion du cycle de vie des collaborateurs dans le domaine des Technologies de l’Information – Blogueur Le Cairn 4 IT – @lecairn et @lecairn_sport sur Twitter.

“L’engagement individuel au service de la performance collective, pas d’abnégation : on ne s’oublie pas , au contraire on se retrouve dans ce don de soi pour atteindre un but qui transcende notre gloriole personnelle, accomplir quelque chose de grand, ensemble . Cet engagement n’est possible que parce qu’on a confiance et qu’on sait que chacun va faire sa part du boulot et plus s’il le faut. Il y aura du soutien, je ne vais pas subir seul l’impact d’un autobus en allant percuter ce 3eme ligne, mes gros sont derrière, et dans le pire des cas,une gazelle jouera au gros.

L’engagement collectif : ensemble , on veut faire honneur au maillot, gagner ou perdre mais dignement, avec honneur, en se montrant vaillants et combattants, tout donner car on sait que les excuses n’existent pas à ce jeu là, si vous avez été vaillants et que vous avez perdu, l’adversaire était plus fort que vous , point barre. Si vous n’avez pas été vaillants, vous avez beau avoir vaincu, l’adversaire et le public vous feront sentir qu’ils n’acceptent pas ce manque de respect que vous avez « triché », vous ne vous êtes pas livré pleinement.

Fabien Dusarrat

Chargé de communication audiovisuelle. Natif des landes (d’où vient ma passion du rugby), il réalisé un mémoire universitaire sur les valeurs du rugby en mai 2009 dans le cadre d’un master de communication. – @cq_F_D sur Twitter.

“Le rugby est clairement un sport violent, un sport de “contact” comme l’on a l’habitude de dire. Pendant 80 minutes, les mecs face à face vont se plaquer, se livrer jusqu’à n’en plus pouvoir, se bagarrer pour avancer. Les matchs des avants sont assez frappants de cet état d’esprit. Chaque centimètre gagné n’est que la résultante d’un féroce acharnement. Les contacts sont violents mais malgré tout, il y a rarement de débordements. On peut finalement retenir un grand détachement, une sorte de maîtrise en dépit de cette forme de violence. Le jargon utilisé est le reflet de ce combat.”

  

LE RESPECT

VALRUG2.jpg

 

Le respect, valeur universellement reconnue comme essentielle à l’entretien de relations saines… et pourtant on l’exige davantage qu’on ne l’applique… Petite leçon de rugby au service de notre vie personnelle et professionnelle: comment mettre plus de respect dans notre quotidien…

 

Respect, un bien grand mot!

Récurrent et malmené, galvaudé jusqu’à plus soif, le respect est en passe de devenir un concept d’autant plus flou qu’entre tolérance et soumission, civilité et reconnaissance, on ne sait plus trop bien ce qu’il signifie. On l’exige en oubliant parfois de le mériter, on cherche à l’obtenir par la force ou l’intimidation… et puis on finit par attendre le respect de la part de l’autre sans vraiment l’exprimer soi-même.

Voici la définition la plus jolie et la plus explicite que j’aie trouvée (sur toupie.org):

Le respect est le sentiment de considération, d’égard, voire de vénération que l’on peut avoir envers un individu ou quelque chose. Il se manifeste par une attitude de déférence et le souci de ne pas porter atteinte à l’objet du respect, ni le heurter inutilement. Le respect est une valeur plus profonde que la simple politesse, car il est débarrassé de toute hypocrisie.

Celui qui nous intéresse ici est intimement lié à la relation à l’autre, et il a sans doute quelque chose à voir avec des relations dénuées de jeux de pouvoir. Exit le triangle de Karpman, le respect se veut mutuel pour être durable.

Pilier indispensable de la vie de groupe et de sa cohésion (et 2 personnes, c’est déjà un groupe, hein) et surtout ciment de la relation, comment s’exprime-t-il concrètement dans nos comportements relationnels? Et bien disons le sans ambages: pas des masses. De médisances en petites manipulations, de jeux de pouvoir en suspicion chronique, l’entreprise, le quartier, l’association, l’immeuble, tous les groupes dans lesquels nous évoluons sont parsemés de sangsues relationnelles qui bouffent du respect à chaque repas et en laissent bien peu s’exprimer.

Le rugby est une belle métaphore d’un respect qui, largement appliqué dans nos vies, aurait le mérite d’améliorer considérablement les relations en favorisant la communication et la confiance mutuelle. Je laisse donc la parole à quelques amateurs éclairés et amoureux passionnés dont les avis sont autant de pistes de réflexion pour mettre davantage de respect dans notre vie.

 

Parlons respect

 

Pierre-Olivier Carles

Dirigeant de Kipost, une société qui aide à se lancer des projets qui le passionnent, comme Vie de ManagerLabotecHellotipietc.  et blogueur (http://www.pocarles.com) – ancien ailier – @pocarles sur Twitter

“C’est la valeur qui englobe, à mes yeux, toutes les autres. Le respect de ses co-équipiers d’abord, de ses adversaires ensuite et de l’arbitre. Au quotidien, respecter les gens, je crois que c’est d’abord leur dire la vérité, quand c’est agréable à entendre et quand ça ne l’est pas. Il n’y a pas de langue de bois ni d’hypocrisie quand on respecte et il n’y a pas de rancoeur. Le respect, c’est aussi donner le meilleur de soi-même parce que vos collègues le font aussi sans doute… et si ce n’est pas le cas, vous allez ainsi leur montrer l’exemple et les aider à devenir plus performants.”

 

Elios Pascual

Mon père, qui m’a transmis l’amour du rugby. Il a été chef d’entreprise, aux Etats-Unis (Mack Trucks) et en Europe (Irisbus). Il a grandi dans un fief du XIII (Saint Estève – 66) mais a joué à XV en championnat universitaire et en series régionales.

 “Le respect des adversaires correspond à celui des concurrentsla vie profesionnelle affronte constamment la concurrence. Si la compétition s’est déroulée dans les règles, le choix final doit être accepté sans manoeuvres déloyales de diverses natures.

Le respect du public correspond à celui des clients. Il est commun de dire que le client a toujours raison, a fortiori quand il a tort ! On peut citer des exemples a contrario, comme les centres d’appel décentralisés coûteux et incompétents, ou l’incompréhensible tarification des téléphones mobiles, symboles de l’irrespect de la clientèle. Le public doit en avoir pour son argent ( spectacle ou victoire ou mieux les deux)

Le respect de l’arbitre : ne jamais voir comme au foot des énergumènes excités et mal élevés qui contestent tout….. Dans l’entreprise celui à qui incombe la décision doit être respecté, c’est le fondement de l’efficacité, après qu’il ait expliqué sa décision, non pour se justifier mais pour montrer qu’elle a été réfléchie…dans le rugby moderne les arbitres expliquent et préviennent…

Le respect des règles : une entreprise est dotée d’une culture et très souvent d’un recueil de procédures, qui ont leur raison d’être, même si elles donnent parfois l’impression d’un carcan administratif….comme au rugby, il faut une extrême discipline sur les fondamentaux ( comme la traçabilité) , en ne prétendant pas tout codifier. En ce sens au rugby l’excès de combinaisons tue l’instinct, mais sur un schéma défensif, un seul joueur mal placé met en péril l’équipe…”

 

Jean-Marc Ouvré

Technophile communicant  – Community Manager pour la Société Générale après un passage par la rh/formation et des agences de communication interactives – blogueur : Ouvré’sCorner  – @jmarc sur Twitter

“Le respect – ce respect mutuel entre les équipes, entre les supporters, envers les passions, les décisions et les résultats de chacun. Ce respect que l’on retrouve à tous les instants est ce qui crée une ambiance incroyable où l’on se sent bien même en plein milieu de supporters adverses avant, pendant ou après un match ou bien plus tard en se croisant par hasard.”

 

Nicolas Rousse

Business officer, co-fondateur du Rugbynistère dont il gère la technique et la stratégie. – Troisème ligne –@LeRugbynistere sur Twitter.

“Le respect, c’est d’abord l’humilité. Sous-estimer un obstacle à franchir c’est bien souvent se planter en beauté. Qui n’a jamais perdu un match « facile » face au dernier de la poule ? Comme dirait le coach, la prochaine fois vous respecterez votre adversaire… dans la vie c’est la même chose : être humble, et se remettre en question de façon perpétuelle est la meilleure manière de progresser.

Le respect c’est aussi le fairplay, accepter les règles du jeu, et accepter que quelqu’un puisse être meilleur à un moment donné. Sur un terrain de rugby ou non, si on s’est battu à 100% sans s’échapper, on ne peut qu’accepter d’être tombé sur meilleur que soi, et s’en servir pour avancer. Une défaite est toujours une excellente expérience si elle est acceptée : c’est des défaites qu’on tire les meilleurs enseignements.”

Vincent Rostaing

Dirigeant de Le Cairn 4 IT conseil accompagnement à la gestion du cycle de vie des collaborateurs dans le domaine des Technologies de l’Information – Blogueur Le Cairn 4 IT – @lecairn et @lecairn_sport sur Twitter.

”  Le Respect , de l’adversaire, des règles, de l’arbitre, de la différence …. il y a des gros des petits, des noirs des jaunes… on s’en fout, on est une équipe, cet être en commun tendu vers l’objectif qu’est l’équipe fédère et ne gomme pas les différences, on joue avec, on essaie de les tranformer en opportunité pour vaincre l’adversaire.”

 

Emilie Ogez

Consultante en médias sociaux et gestion de l’identité numérique et blogueuse: http://www.emilieogez.com/

– @eogez et @eogez_rugby sur Twitter

“Même s’il arrive que les joueurs “se fritent” un peu en cours de match, tout est assez vite oublié. Qui n’a jamais été agréablement surpris par le petit rituel des fins de matchs où les joueurs ayant perdu applaudissent ceux qui ont gagné en leur faisant une allée d’honneur alors qu’ils retournent au vestiaire. Que dire encore du respect de l’arbitre ! A ma connaissance, je n’ai jamais vu un arbitre se faire insulter ou malmener au cours d’un match de rugby (sauf accident malencontreux, après tout le rugby est un sport violent et quelques fois, on peut se trouver au mauvais endroit au mauvais moment). Sans oublier le public qui, de manière générale, préfère le beau jeu à la castagne et respecte celui qui va tenter de marquer une pénalité ou une transformation (mais où sont les sifflets?). Comme on a coutume de le lire, le rugby est un sport de voyous pratiqué par des gentlemen.”

Etienne Glemas

Jeune presque trentenaire fou de sport, de ses valeurs, de son atmosphère, du plaisir simple qu’il procure. Entré à la communication de la Société Générale par la porte “Coupe du monde de rugby 2007” via l’angle médias sociaux @eglemas sur Twitter

“Le respect dans le rugby fédère partenaires et adversaires.”

 

Tatiana Georges

Dirigeante du Rêve des muses, organisation / gestion de projet, conduite du changement, accompagnement pédagogique, communication orale & coaching – @lerevedesmuses sur Twitter

“Le respect qui est l’intérêt sincère et authentique que l’on porte à autrui avec modestie. Peu importe l’origine ou la valeur d’une personne, le respect que je lui porte conditionne ma propre valeur. Mes actes doivent être bienveillants dans un intérêt commun pour l’enrichissement de tous, ce qui nécessite de voir les autres avec empathie.

Vu la violence du jeu parfois, cela peut paraitre bizarre ! Mais ce respect est justement ce qui permet d’avoir une pratique si « musclée » sans mettre en danger les joueurs car chacun est attentif à la préservation des autres.

La droiture qui est le respect de soi-même dans ses actes : en étant fidèle à ses engagements, à sa parole et aux règles du devoir ou du jeu plus particulièrement dans le rugby, nous ne nous mentons pas, nous sommes fidèle à ce que nous sommes, honorable et donc respectable.

En jouant sans tricherie, sans duperie et honnêtement, les victoires obtenues sont véritablement honorables.”

Fabien Dusarrat

Chargé de communication audiovisuelle. Natif des landes (d’où vient ma passion du rugby), il réalisé un mémoire universitaire sur les valeurs du rugby en mai 2009 dans le cadre d’un master de communication. – @cq_F_D sur Twitter.

“Le respect de soi, de son coéquipier et de l’adversairre. Le rugby a beau se développer économiquement et avoir des intérêts(souvent éloignés du sport) de plus en plus forts, il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit que…d’un sport ! Et donc d’un jeu. Perdre fait partie du jeu. On peut toujours tomber sur meilleur que soi. Cette valeur peut elle aller de paire avec une pratique professionnelle de ce sport? Les rugbymen ne sont plus de simples passionnés, mais des professionnels sous contrat, payés par des clubs pour accomplir une tâche. Ce sont des employes comme vous et moi.

En d’autres termes, si les rugbymen professionnels sont des employés comme les austres, le respect dont ils continuent à faire preuve malgré le changement de statut est exemplaire à plus d’un titre: il montre que, quel que soit le degré de prestige de notre job.”

Stephane Lacassagne

Magasinier cariste,  Blogueur : Zone libre – @stephlacassagne sur Twitter

“Respecter ses collègues, ses ami(e)s, famille (ainsi que concurrents ) et respecter l’être humain, celà n’empêche pas leurs défauts mais permet de voir leurs bon côtés plutôt que de voir les mauvais. Il y a toujours meilleur que soi et toujours à apprendre tout au long de notre vie.

Il y a toujours meilleur que soi et toujours à apprendre tout au long de notre vie, on respecte plus une personne humble que son contraire. Le courage, le partage, l’échange forcent le respect, à fortiori lorsque ces actions sont empruntes d’humilité. Ce sont des valeurs que l’on respecte mais surtout dont l’être humain a besoin et qu’il recherche constamment; Et qui amènent bien plus de plaisir, de joie et, au final, d’amour que d’avoir un comportement contraire.”

Sylvaine Pascual

Fondatrice et dirigeante d’Ithaque coaching et auteur de ce blog. Joué demi de mêlée au lycée. Aujourd’hui demi de mémé;) – @SylvainePascual sur Twitter

De nombreux aspects du respect ayant été abordés ci-dessus, je voudrais juste en rajouter 2

Le respect, c’est aussi reconnaître à chacun le droit de faire ce qu’il a à faire dans les meilleurs conditions, sans lui mettre de bâtons dans les roues, dont un exemple remarquable a été l’Irlande-France du VI Nations 2011: un silence de cathédrale à chaque pénalité française.

Reconnaître les accomplissements de l’autre, c’est aussi accepter sa victoire et notre propre défaite et être capable de la célébrer avec lui, lui reconnaissant ainsi la mesure de son accomplissement. Là aussi, le rugby nous donne une belle leçon, quand les vaincus sortent sous les applaudissements du public et les remerciements des vainqueurs, sans même parler de la troisième mi-temps, symbole majeur de cette capacité à s’estimer au-delà de la rencontre. Inversement, c’est célébrer sa propre victoire sans humilier l’adversaire.

Au quotidien, cela signifie explorer ce que notre égo peut avoir d’envieux, de mauvais perdant et de revanchard pour identifier les manques qui les alimentent et les traiter de façon à être capable de se réjouir des belles performances de ceux avec qui nous sommes en concurrence, mais aussi de nos proches et de nos collègues. Tout simplement parce que c’est moins fatigant et moins générateur d’aigreurs d’estomac!

Enfin, l’autre aspect du respect, c’est aussi se faire respecter, qui à mes yeux passe essentiellement par l’affirmation de soi (je pense à l’équipe de France toisant le haka néo-zélandais lors de la Coupe du monde 2007),

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

LA PLAGE : THE PLACE TO BE

ENTREE GRATUITE  

LAPLAGE 20 OCTOBRE 2018.jpg

 

 

LE REGLEMENT DES COMPETITIONS TERRITORIALES

CLIQUEZ SUR L'AFFICHE CONCERNEE

REGLEMENT GENERAL ET ANNEXES DES PREMIERES

REGLEMENT COMPETITIONS DEF 2018 2019-page-001.jpg

ANNEXE DES RESERVES (avec les Poules)

COMPRES95.jpg